rss search

L’Agence Tous Risques

line

Série culte des années 90, L’Agence tous risques est restée dans la mémoire de beaucoup comme un concentré de bonne humeur et de folie. Les chaînes de la TNT n’hésitent d’ailleurs pas à la repasser, pour les nostalgiques et les curieux. Joe Carnahan (Mise à prix, Le Prix de la Loyauté) s’est lancé dans la périlleuse entreprise d’adapter ce monument sur le grand écran. Réussir à redonner vie à Hannibal, Futé, Barracuda et Looping n’était pas chose aisée. Mais quand la passion s’en mêle, apparemment, rien n’est impossible.

[spoiler show="Bande Annonce HD VF" hide="Bande Annonce HD VF"]

[/spoiler]

[spoiler show="Une histoire de vengeance" hide="Une histoire de vengeance"]
Joe Carnahan décide d’ailleurs d’amener le récit par la rencontre de nos quatre futurs mercenaires. Pas de vieilles connaissances depuis le Vietnam ; juste des chemins qui se croisent, entre quatre vétérans de la guerre du Golfe. Quatre anciens commandos qui se retrouvent embarqués dans une affaire qui semble les dépasser… se résolvant positivement, comme les 80 qui suivront. L’agence tous risques est née : une troupe d’élite spécialisée dans les affaires secrètes. Futé, espiègle et coureur de jupons, Barracuda, véritable mastodonte, Looping, follement génial et Hannibal, charismatique chef d’équipe. Lancée sur une mission par le général Morrison, elle est doublée par les Black Forest, des mercenaires travaillant pour le compte du gouvernement, en tout cas jusque là. Accusée à tort, l’agence est dissoute et emprisonnée. Mais sous couvert de la CIA, Hannibal, premier détenu à s’échapper reforme l’équipe. Une quête de vengeance s’enclenche alors…

[/spoiler]

[spoiler show="C'est par où Berlin ?" hide="C'est par où Berlin ?"]
Pitch clair, net et précis. Nous n’en demandons guère plus de l’adaptation d’une série qui a toujours aligné cet état d’esprit… en noyant l’ensemble dans un climat de démesure parfaitement restitué lui aussi. Que ce soit le timing des plans d’Hannibal ou les délires de Looping, rien n’est fait à moitié. Le fan reconnaîtra aussitôt les traits de caractères de ses personnages fétiches. L’atmosphère bascule sans cesse du dramatique à l’humoristique, d’une étonnante et élégante manière. Difficile de ne pas compatir aux déboires de l’agence quand le fou rire vient de la moindre intervention de Sharlto Copley (héros malgré lui dans District 9) amène le sourire. Parfait dans son rôle de génie lorgnant sur la folie, il finit de faire rire un spectateur déjà sous le charme du charismatique Liam Neeson (Taken) et de l’excellent Bradley Cooper (qui ne cesse de faire parler de lui depuis Very Bad Trip, à raison). Même Quinton Jackson qui avait la lourde tâche de faire oublier Mister T. réussit sa prestation. Le quatuor d’acteurs remporte le pari de porter l’équipe au cinéma. Nul ne sera déçu sur le jeu d’acteur.

[/spoiler]

[spoiler show="L'amour du risque" hide="L'amour du risque"]

D’autant que le budget alloué au film (165 millions de dollars…) n’a pour une fois pas été jeté par les fenêtres. Les effets spéciaux sont exceptionnellement crédibles. Le jeu d’acteurs faisant aussi, et malgré l’invraisemblance des scènes, l’action décrite ne paraît jamais exagérées. Un char volant, une tombée de caissons portuaires, un hélicoptère faisant des loopings, … L’Agence Tous Risques nous embarque si bien dans sa bulle et sa logique que la folie se transforme en cohérence. Nous mettons très vite de côté nos méfiances – blockbuster américain oblige – pour garder en tête que nous avons affaire à la meilleure troupe de l’armée américaine. L’impression de too much s’éloigne si tant est que le spectateur se laisse porter par l’ambiance. Certains points noirs viennent toutefois assombrir le tableau, notamment la vivacité de la caméra dans les affrontements, nous rappelant celle d’un Paul Anderson dans Resident Evil. C’est dire. Heureusement, seuls ces moments peuvent être considérés comme ratés. Le reste n’est que pur instant d’action et d’humour.

[/spoiler]

Car, encore une fois, L’Agence Tous Risques doit sa réussite dans l’excellente fusion entre le film d’action et la comédie. Le rythme n’est pas uniforme, la narration parfois brouillonne et les combats épileptiques, mais il faudrait être rabat-joie pour bloquer sur ces éléments qui ne reflètent nullement le film. Les personnages forment une équipe de choc, à laquelle nous nous attachons immédiatement. Leurs bêtise et expertise nous laisse tantôt pantois tantôt hilare. Joe Carnahan peut remercier les chargés de casting pour leur judicieux choix. L’Agence Tous Risques fait peut-être partie de la longue liste des blockbusters américains arrivant comme par magie à l’approche de l’été ; mais, fait pas si courant, il remplit entièrement son contrat en se voulant fidèle à l’œuvre d’origine. Après Prince of Persia, nous allons finir par croire que les adaptations ont gagné en qualité. Pourvu que ça dure…


6 commentaires

line
  1. Linanounette

    Tu vas dire que je me répète mais tout comme pour Prince of Persia, cette agence tout risque me semble être un excellent divertissement d’été.
    Je vais donc probablement me laisser tenter cette semaine…

    line
  2. eh bien moi je vais plutot attendre que ca debarque en location…:)

    line
  3. vidok

    Linanounette > Il l’est. Vas-y, tu me donneras ton avis. :)

    speedeo > Ça dépend des tarifs de ton cinéma. La Pathé à côté de chez moi fait la place à 3,90€. Et pour ce tarif, il serait dommage de bouder le film. ^^

    line
  4. Linanounette

    Logiquement j’irai ce we. Donc je te dirai.

    line
  5. comme linanounette, je dois d’abord aller voir prince of persia la semaine prochaine et ensuite je vais voir l A-team car il m’avait deja l’air très bon et ton article me rassure et me donne encore plus envie !

    line
  6. vidok

    Pour une fois qu’une adaptation vaut le coup, j’espère qu’elle sera récompensée, à l’image de PoP, qui a très bien marché.

    line

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:x: :wink: :twisted: :sweat: :roll: :oops: :nerd: :napo: :mrgreen: :love: :love2: :lol: :jap: :idea: :hum: :happy: :fou: :fou2: :fire: :evil: :cry: :book: :baby: :arrow: :?: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)