rss search

X-Men : Le Commencement

line

Malgré une trilogie et un spin-off, la machine X-Men ne s’arrête pas. Tandis que nous pensions avoir fait le tour de l’histoire des protagonistes, voici que déboule une nouvelle trilogie relatant les débuts de Charles Xavier et Erik Lehnsherr, régulièrement surnommés Professeur X et Magneto. Tous les moyens sont bons pour rentabiliser la licence et triturer encore un peu l’univers Marvel. Mais heureusement, c’est pour notre bien.

X-Men Le Commencement (ou First Class en version originale) débute sur une scène déjà aperçue dans le premier épisode. 1944. Le jeune Erik est séparé de sa famille par l’armée allemande. En pleurs et fou de rage, il révèle son pouvoir : le magnétisme. Un officier allemand décide alors de l’entraîner afin de mettre ce don au service des nazis. L’histoire reprend des années plus tard, avec un Erik parfaitement autonome recherchant sans relâche cet homme, Sebastien Schmidt, désormais nommé Sebastian Shaw, qui l’avait entrainé et surtout torturé, l’utilisant comme cobaye dans ses expériences. En parallèle à cette quête de vengeance, le nouvellement promu professeur Charles Xavier accepte d’épauler la CIA dans le but d’arrêter des présumés mutants. De par leur ennemi commun, les deux hommes vont se croiser et devenir amis.

Ce nouvel X-Men ne nous présente donc pas de personnages aussi connus que ceux présentés dans la première trilogie – quoique… – et tente d’en introniser de nouveaux. Au revoir les Tornade, Cyclope et Wolverine (malgré sa brève apparition), et bonjour à Havok, Le Fauve ou encore Le Hurleur. Tel le Spiderman de Sam Raimi, ils doivent découvrir leurs pouvoirs et apprendre à s’en servir. X-Men Le Commencement met donc longtemps à commencer. Férus de scènes d’action prenez votre mal en patience, celles-ci se font ici désirer. Le film s’attarde beaucoup à poser les bases et à développer l’ambigüité du personnage de Magneto. Même s’il reste moins développé que dans le comics, grâce auquel il a été moult fois figuré dans les tops des meilleurs vilains de l’histoire, il reste trouble. Pas foncièrement mauvais, pas foncièrement bon non plus, il entretient qui plus est une relation étrange avec Charles Xavier, relation que nous avions déjà du mal à qualifier dans la première trilogie. L’interprétation par Michael Fassbender (Inglorious Basterds, 300, Eden Lake) est d’ailleurs remarquable, nous amenant souvent à douter de ses intentions.

Cette trilogie fait donc écho à la trilogie Star Wars qui relatait les débuts d’Anakin Skywalker se transformant peu à peu en Dark Vador. Ici, nous sentons clairement la montée en puissance de Magneto, qui continuera très certainement dans les prochains volets. Si celle-ci est intéressante, elle éclabousse totalement celle des « nouveaux » X-Men qui ne réussissent jamais à lui prendre la vedette. James Mc Avoy (Reviens-moi, Wanted), pourtant pas spécialement charismatique, complète la scène aux côtés de Fassbender, imposant clairement leur duo à l’écran. Au détriment des autres protagonistes, et acteurs. Mais il est difficile de faire la fine bouche tant cet X-Men constitue très certainement le film au meilleur scénario, parmi les cinq diffusés. Tâche certes guère ardue mais tout de même remarquable.

Matthew Vaughn (précédemment réalisateur de Kick-Ass) ne fait que très peu de fautes, aussi bien visuellement que du point de vue du rythme. L’alternance peut éventuellement perturber en début de film mais son accélération sert la narration : tout se précipite pour amener la collision des scènes et personnages. X-Men Le Commencement ne prétend pas révolutionner le cinéma, et encore moins les blockbusters américains dopés aux effets spéciaux, mais il assure son statut de superproduction de manière classieuse. Les bases sont posées, bien posées, pour débuter une nouvelle grande aventure. Espérons que les suites de ce prequel ( ! ) fassent aussi bien.


4 commentaires

line
  1. Mizakido

    Contrairement à Thor que j’ai trouvé nullissime et qui me laisse songeur qu’en à l’avenir des Avengers, j’ai été véritablement emballé par cette pré-quelle des X-Men. Je craignais un truc bateau à la Wolverine, mais finalement non, j’ai adoré du début à la fin! J’ai particulièrement aimé ce petit côté rétro-kitch bien assumé, surtout au niveau des costumes et des méchants. C’est donc Matthew Vaughn qui l’a réalisé? Il faut lui confier plus de films de super-héros à ce Monsieur!

    (petite coquille : c’est Kick-Ass et pas Kiss-Ass :D)

    line
    • vidok

      J’ai beaucoup aimé Thor, mais avais-tu vu les autres films Marvel ?
      En tout cas, c’est vrai que le côté rétro-kitch surprend au début et passe finalement très bien. Même dans les costumes. Je veux revoir qui plus est Azazel !

      (Coquille/lapsus corrigé(e) :D)

      line
      • Mizakido

        Après avoir zyeuté le site de Marvel, je n’ai pas vu Hulk 1, Daredevil, les Punisher, et Elektra. Et j’ai bien vu Howard the Duck et Ghost Rider. Je pense donc avoir vu les principaux, voir quelque uns des pires :D

        Moi je veux aussi revoir plus Rose Byrne <3

        line
  2. Kyn

    Je vais aller le voir la semaine prochaine ^___^ j’ai hâte !!!

    line

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:x: :wink: :twisted: :sweat: :roll: :oops: :nerd: :napo: :mrgreen: :love: :love2: :lol: :jap: :idea: :hum: :happy: :fou: :fou2: :fire: :evil: :cry: :book: :baby: :arrow: :?: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)