rss search

Day 3 : Ascension du Mont Fuji

line

Pour le troisième jour, n’ayant peur de rien (et crevés de la veille), nous nous sommes mis en tête de nous confronter au mont Fuji. Après plusieurs trains puis bus, nous arrivons à la cinquième station, la dernière accessible en bus. A partir de là, il faut crapahuter…

Nous sommes partis à 5. Il est environ 11h du matin.

Le débarquement s’est fait sous la pluie. Bien évidemment, tous confiants devant le rayonnant bon temps de Tokyo, nous avons tous laissés nos parapluies et blousons dans la valise. Pas grave : investissement immédiat dans un kawé blanc/transparent made in japan. :nerd:

Les débuts ont été… brumeux :nerd: , la faute à un gentil nuage (2300m obligent), et le terrain descendant, nous avons même rebroussé chemin pour regarder le plan. L’erreur qui a été fatale : ne pas regarder davantage le plan…
Confiants, nous sommes repartis.

La sixième station. J’arrive en avance sur le groupe, le temps de repérer les lieux et reprendre mon souffle tranquillement. Après l’inévitable séance photo et le passage aux toilettes, le groupe a perdu deux de ses membres. Linanounette et celui que l’on appellera El Gregou (afn d’en préserver tout l’anonymat… :baby: ) préfèrent redescendre (= faire le chemin inverse) et nous attendre à la cinquième station.

But du groupe restant : arriver à la septième station et redescendre. Nous sommes trois, A-L, Hentaigirl (non, vous ne voulez pas savoir pourquoi :nerd: ) et moi-même. Je prends la tête assez vite, ayant de plus grandes jambes et un rythme de marche plus rapide (sans pour autant être plus endurant).

L’ascension vers la septième station débute dure avec d’imposantes marches…

Et d’un coup, embouteillage… Pourquoi ? Je ne le sais pas encore…

Le temps de se retourner…

J’arrive peu de temps après à la septième station, seul et crevé. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi physique. Tee-shirt, jeans et baskets constituent mon équipement de grimpeur :sweat: . Même pas de nourriture (il est 13h30, dernier repas à 9h30). Les quelques achats possibles aux stations sont souvent hors de prix ( 350yens, soit environ 3€, le snickers !).

Après quelques minutes d’attente, Hentaigirl me rejoint : A-L a abandonné plus bas et attend que nous redescendions. Nous regardons un peu partout : aucun moyen de redescendre. Impossible de reprendre le chemin précédent puisque blindé de monde et légèrement abrupt en toute fin avec une petite partie grimpette. Étrange.

Il y a cependant une autre station un chouïa plus haut. Peut-être il y a-t-il un moyen de redescendre.

Arrivés à la station 7-01, nous sommes tombés sur un plan. Prochain chemin de descente : à la huitième station ! :sweat: Autant dire que nous ne faisions pas les fiers en pensant à Linanounette, El Gregou et surtout A-L restés plus bas, pensant nous revoir guère plus d’une heure après. Un sms plus tard pour rapidement expliquer la situation, nous nous sommes mis en route pour la huitième station. Nous ne sommes plus que deux… Il est environ 15h…

Nous ne cessons de monter, petit à petit. Le problème tient, non pas dans l’ascension en elle-même beaucoup plus simple depuis la septième station, mais dans le rythme de progression. Il s’agit en effet de grimper, par rangées de deux personnes maximum. Autant dire que l’étau était bien mince pour le monde qu’il y avait. Nous avons été contraints d’avancer petit pas par petit pas jusqu’à la station suivante… la 7-02 !

Puis la 7-03…

A chaque fois que nous arrivions à la nouvelle station, nous cherchions aussitôt son numéro, espérant fébrilement que ce soit la huitième tant convoitée. Mais rien.

Nous en avons tout de même profité pour faire graver des bâtons. Normalement, chaque grimpeur se munit d’un bâton en bois qu’il fait graver au fer chaud à chaque étape, chaque “tampon” symbolisant les palliers d’ascension franchis. Ne pouvant se permettre d’investir dans un grand bâton (1m80) car impossible à ramener du Japon sans frais, nous avons opté pour des versions miniatures.

L’ascension se poursuit un peu malgré nous – alors ce serait mensonger de dire que nous n’y avons pris aucun plaisir, au contraire, mais nous sommes restés tiraillés entre jouir du paysage et le devenir de nos camarades restés en arrière. Finalement, un sms libérateur nous apprend que El Gregou et Linanounette ont retrouvé A-L et se dirigent vers le bus pour redescendre vers la gare de Kawaguchiko.

Nous devons nous dépêcher. :fou: Il est environ 16h…

La huitième ! :love:

Petite pause pour admirer le paysage…

Et nous attaquons la descente. Ce qu’il faut savoir sur la descente, c’est qu’il s’agit d’un chemin dédié à cela. C’est donc une… descente, avec tout ce que cela implique : de la glissade. Les pieds partent super facilement à cause des pierres lisses, du sol friable et surtout de l’angle. Mes fesses ont d’ailleurs découvert les joies des pierres volcaniques… :sweat: Il est 16h30…

19h00, nous arrivons à la 6ème station. La nuit est en train de tomber. Nous n’avons qu’une lampe torche et il faut redescendre au travers de la forêt, avec marches et pierres lisses. Nous fonçons pour revenir à la cinquième station avant la nuit complète… mais nous n’y sommes pas arrivés. Heureusement que nous avons croisé les groupes de nuit qui nous ont permis de voir par intermittence où nous mettions les pieds.


(désolé des photos un peu floues mais ce n’était ni les conditions ni le meilleur moment pour se poser. ^^)

Au final, nous avons atteint sains et saufs la cinquième station où nous avons pu prendre le bus de 19h45, ce qui nous a permis, plusieurs trains plus tard, de revenir exténués, limite affamés et assoiffés (même si nous avons acheté deux-trois petites choses à une boutique de Kawaguchiko) à l’hôtel.

Sacrée journée… Cela nous apprendra à ne pas lire un plan et surtout à ne pas nous préparer davantage pour quelque chose qui visiblement nous dépassait. Il en ressort tout de même de très beaux souvenirs, en tout cas pour Hentai girl et moi-même qui avons du coup vu bien plus de paysages que nos compères qui nous ont longtemps attendus avant de repartir pour la civilisation bien plus tôt. Quelle aventure quand même. ^^


11 commentaires

line
  1. Et moi pendant ce temps là j’avais prévu de passer l’après-midi à Kawaguchiko avec El gregou pour profiter du Lac, faire un onsen… (en effet à cause d’une tendinite persistante il était hors de question pour moi de faire l’ascension)… Et bon benà la place j’ai vu… un rocher et passer les bus de retour vers Kawaguchiko… (toutes les heures)

    Petite précision quand même, notre ami Vidok a réussi a partir avec 2 téléphones, ce qui quand le groupe se sépare en 3 est vachement plus pratique pour communiquer… :p

    Bref une vraie journée de la loose dont on rigole encore….

    line
  2. Seb

    Et ben, randonneurs du dimanche !!!

    En tout cas le parcours donne bien envie, le seul bémol, ca doit être les bouchons en pleine ascension…NON?!

    Au prochain post !!

    Bon séjour !!

    line
  3. oui mais , vu les soucis que vou avez eus , vous allez vous rappeller toute votre vie de cette ascension et ca….ca n’a pas de prix. :)

    line
  4. C’est un RPG, l’ascension du mont Fuji ? :nerd:
    En tout cas, ça doit être assez unique comme expérience. Le paysage et la vue semblent vraiment incroyables.

    Mais comme tu le dis, c’est vrai que votre organisation laissait un peu à désirer. D’après ce que tu dis, ça semble limite inconscient :nerd:
    Comment as-tu résisté face à l’altitude, sinon ?

    line
  5. vidok

    Linanounette > La prochaine fois, on prend chaussures d’escalade, blousons, nourriture, bâtons et on commence dès 8h ! :nerd:

    Seb > En fait, les temps qu’on peut trouver sur internet sont vrais (8h de montée, 5h de descente) s’il n’y a pas grand monde sur la route. Là, c’est clairement ce qui nous a freiné. D’autant que les participants sont extrêmement divers : cela va du gamin de 5-6 ans à la personne âgée de 70-80 ans. Les premiers découvrent ainsi les difficultés de la vie et les seconds prouvent au monde et à eux-mêmes qu’ils sont encore “jeunes”.
    Mais ouais, il y avait vraiment beaucoup trop de monde d’où une ascension laborieuse. Mais j’ai été félicité par des japonais de monter plus vite qu’eux avec un équipement bien naze. :nerd:

    Speedeo > Ah ça en effet, on a la tête pleine de souvenirs. En tout cas, c’est certain que je m’en rappellerai longtemps. Nous avons fait quelques vidéos qui plus est (pas le temps et la connexion pour les mettre en ligne pour l’instant) afin d’immortaliser la chose. En même temps, c’était une aventure. :lol:

    Hermit > Presque :nerd: ! Reste que j’ai monté en expérience tout au long du trajet en grimpant de plus en plus vite malgré la fatigue. Je reste un peu frustré de ne pas avoir parcouru les 700 derniers mètres d’ascension menant au sommet (3100/3776m), mais cela aurait été inconscient. Le boss final devait être sympa… :nerd:
    Il faut savoir un truc concernant l’altitude et moi : j’ai le vertige. Je suis debut sur une poutre à 1m du sol, je reste limite tétanisé. :nerd: Du coup, c’était plutôt cocasse de monter aussi haut. On a le souffle un peu coupé entre la sixième et septième station, et puis le corps s’habitue de lui-même. Je n’ai alors plus senti de gène. De toute façon, vu le rythme de progression à partir de la sept, j’avais tout le temps de reprendre mon souffle.

    line
  6. ( °3°) Belle escapade ^.^ ‘zêtes courageux quand même ^.^;

    line
  7. arff j’ai du retard, heureusement sur le blog de lina j’ai pu suivre son lien vers ton blog, désolé vidok !
    et bien quel périple, ca calme, j’espere un jour pouvoir le voir ce mont fuji, mais ca sera plutôt d’une belle chambre d’hotel !
    la queue des personnes c’est impressionnant et c’est pas trop pour moi et ma patience ! lol

    line
  8. kyn

    Impressionnant !!!
    J’ai une amie qui l’a fait mais ils sont partis très très tôt … et en voyant leur montée j’ai pas eu l’impression que c’était si dur :p
    Comme quoi maintenant vous savez comment vous y prendre ;)

    Dommage en tout cas qu’il y ai eu autant de monde et de nuage !! Avez-vous pu au moins voir le Mont Fuji ???

    line
  9. vidok

    C’est vrai qu’il y avait beaucoup de monde. C’est d’ailleurs pour ça que la montée est aussi lente.

    kyn > On a vu le Mont Fuji… vu qu’on était dessus. Mais ouais, on le voyait par intermittence d’en bas. En fait, la montée a été dure car on n’était pas équipé, on n’avait pas pris de provision et on progressait le plus vite possible pour redescendre. J’imagine que ça doit être plus cool sinon. :nerd:

    line
  10. Linanounette semble pas du même avis, plantée sur son rocher xD

    line
  11. vidok

    Question de point de vue… :nerd:

    line

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:x: :wink: :twisted: :sweat: :roll: :oops: :nerd: :napo: :mrgreen: :love: :love2: :lol: :jap: :idea: :hum: :happy: :fou: :fou2: :fire: :evil: :cry: :book: :baby: :arrow: :?: :-| :-x :-o :-P :-D :-? :) :( :!: 8-O 8)